Naissance d’un enfant? Quoi regarder au niveau de mes finances?

Proactif Services Financiers > Assurances > Naissance d’un enfant? Quoi regarder au niveau de mes finances?

Principaux aspects à aborder

Élaboration d’un budget

L’arrivée d’un nouveau-né amène beaucoup de bonheur pour les parents, mais peut aussi occasionner une bonne dose de stress pour ceux-ci. Pour réduire le stress financier, il est important d’établir un plan financier adéquat. Les revenus seront différents en raison des congés parentaux et des nouvelles allocations reçues pour l’enfant alors que de nouvelles dépenses s’ajouteront elles aussi. Bien s’informer et revoir son budget devrait donc être une priorité préalablement à la naissance d’un nouvel enfant.

Revoir ses protections d’assurance et vos documents juridiques

Comme mentionné dans le précédant paragraphe, la venue d’un nouvel enfant vient modifier votre situation financière. Ce nouvel être dépend de vous financièrement car il n’est évidement pas en mesure de s’acquitter de ses propres besoins, il est donc à votre charge. Que ce passerait-il si vous deveniez invalide ou décédiez ? Vous mettriez alors sa qualité de vie en péril si vous n’êtes bien préparé. Pour ce faire, vous devriez revoir le montant de vos couvertures d’assurance vie pour que celles-ci permettent de remplacer vos revenus durant quelques années au minimum. De plus, si vous ne désirez pas de mauvaises surprises, une mise à jour de votre testament et mandat d’inaptitude serait aussi de mise.

Prévoir les études de l’enfant

Prévoir les études de l’enfant peut s’avérer très payant pour vous et pour votre enfant. À l’aide du régime d’épargne étude REEE, vous pouvez accumuler le montant nécessaire qui permettra à votre enfant de poursuivre des études post-secondaires en toute tranquillité. En plus de vos cotisations et du rendement fait sur ceux-ci, le gouvernement vient ajouter sa part et subventionne vos cotisations. En d’autres termes, le gouvernement place aussi de l’argent (jusqu’à 30% de vos cotisations) dans votre REEE et vous permet de faire croître cet argent à l’abris de l’impôt. Pour profiter au maximum des subventions disponibles, vous pouvez cotiser jusqu’à 2 500 $/année par enfant (il vous est aussi possible de rattraper, une à la fois, les années où vous n’avez pas cotisés). Dans le cas où votre enfant ne fréquenterait pas d’établissement post-secondaire, vous pourriez reprendre vos cotisations ainsi que les rendements s’y rattachant alors que les subventions devraient être retournées au gouvernement.

Assurance-vie pour un nouveau-né?

Bien que les risques de décès en jeune âge ne sont pas très élevés, il pourrait s’avérer intéressant pour les parents de souscrire à une assurance vie sur la vie de l’enfant dès son jeune âge. Comme l’âge normal du décès est très éloigné, les coûts sont évidemment beaucoup plus faibles qu’à l’âge adulte. Il s’agit aussi d’une façon de protéger l’assurabilité future de votre enfant qui, dans la majorité des cas, n’a pas encore eu de problème de santé qui pourrait venir nuire à son assurabilité. De plus, bien que cet enfant ne génère pas de revenu pour le ménage, son décès pourrait avoir de graves répercutions financières sur les finances de la famille. La tristesse ainsi que les perturbations liées au décès d’un enfant sont énormes et une protection d’assurance-vie pourra vous permettre de prendre le temps nécessaire à l’extérieur de votre emploi pour tenter de vous remettre du mieux possible de cette grande épreuve.